Saint Barthélemy le Plain Mauves Arras Cheminas Colombiel le Jeune Eclassan Lemps Ozon Tournon sur Rhône Vion St Jean de Muzols Sécheras Sarras Glun Étables
Accueil du site > La Liturgie > Comprendre et vivre la Messe > Comprendre et vivre la Messe (1 à 10) > 3.Plusieurs noms pour dire la même chose (suite)

3.Plusieurs noms pour dire la même chose (suite)

Plusieurs noms pour dire la même chose (suite) (14 juillet 2018)

Nous avons vu la quinzaine dernière deux appellations anciennes de la messe. En voici deux autres :
L’Action sainte "Action sacrée", "Action sainte", ces termes étaient employés au Moyen-Age pour désigner la messe. Aujourd’hui, nous parlons du prêtre qui "dit" la messe. A l’époque, on parlait de "faire" la messe. On avait bien compris que la messe est une action de Dieu en faveur de son peuple et une action des hommes qui célèbrent cette Alliance. Aller à la messe, ce n’est pas comme aller au cinéma. Nous ne sommes pas des spectateurs mais des acteurs, et pas seulement parce que nous faisons quelque chose comme la lecture ou la quête, mais parce que nous participons activement à ce qui est célébré : nous écoutons la Parole de Dieu et nous nous laissons interpeller par elle ; nous nous offrons avec le Christ pour avoir part à sa résurrection ; nous le recevons pour qu’il demeure en nous et nous en lui. Tout cela, personne ne peut le faire à notre place.
Se préparer
Pour participer activement à cette "Action sainte", il faut s’y préparer. De notre préparation va dépendre notre manière de vivre la messe. La moindre des choses, pour bien se préparer au grand mystère qui va suivre, c’est d’arriver à l’heure. Et arriver à l’heure, cela veut dire venir au moins cinq minutes avant le début, pour avoir le temps de prier, de préparer son coeur. S’il est normal de se dire bonjour en arrivant à l’église, est-ce la meilleure façon de se préparer à vivre la messe que de bavarder bruyamment ?
Les Saints Mystères
Encore une expression employée dans le passé pour parler de la messe. Un mystère, au sens chrétien du mot, ce n’est pas une énigme ténébreuse ou un phénomène étrange. Le mystère a une double face : une face visible (action, geste, parole) et une face invisible (ce que Dieu accomplit à travers cette action, ce geste, cette parole). Cette face invisible, nous la percevons avec "les yeux de la foi". Ainsi il y a dans la messe une face visible : les paroles que nous entendons et que nous disons, les gestes que nous voyons et que nous faisons, sans oublier le pain que nous mangeons et le vin que nous buvons. Mais il ne faut pas oublier la face invisible, ce que ces paroles, ces gestes et ces aliments signifient : Dieu nous parle et se donne en nourriture pour que nous ayons part à sa vie divine. Dépasser les apparences
Souvent on entend des paroles de ce genre : "Cette messe était bien animée. Ce n’est pas comme les autres où il ne se passe rien..." Bien sûr, prêtres et équipes liturgiques font de leur mieux pour que la messe soit belle et attirante. Mais attention : quand on ouvre un cadeau, l’essentiel ce n’est pas l’emballage mais ce qu’il y a à l’intérieur. Sous la face visible de la messe, il y a un immense trésor. Quand on y a reconnu le Christ qui se donne, même la messe la plus ordinaire, même la plus terne devient un moment sublime.

| Nous contacter | Mentions légales | Plan du site |  Eglise catholique en Ardèche | Suivre la vie du site RSS 2.0