Saint Barthélemy le Plain Mauves Arras Cheminas Colombiel le Jeune Eclassan Lemps Ozon Tournon sur Rhône Vion St Jean de Muzols Sécheras Sarras Glun Étables

11.Le signe de croix (suite)

Le signe de croix (suite) (8 décembre 2018)

Signe qui nous introduit à ce que nous célébrons : Le signe de croix place l’ensemble de la célébration dans la lumière de la Croix et de la Résurrection. Il nous introduit à ce que nous allons vivre : à chaque messe, nous sommes au pied de la croix. Le cardinal Journet écrit : « Au moment de la consécration, les 2000 ans qui nous séparent de la croix sont abolis. Nous sommes là comme l’étaient la sainte Vierge et saint Jean... Quand vous êtes à la messe, si vous fermez les yeux au moment de la consécration, vous avez devant vous absolument ce que la Vierge Marie avait devant les yeux au pied de la croix si elle avait fermé les yeux. » A chaque messe, nous nous trouvons donc au pied de la croix avec Marie et Jean, car nous revivons l’unique sacrifice du Christ. La croix posée sur ou près de l’autel est là pour nous le rappeler. Mais souvenons-nous qu’il y avait deux manières d’être au pied de la croix. La première était celle de la plupart de ceux qui étaient là : ils y étaient physiquement, mais indifféremment, en curieux, et même pour certains en ennemis. La deuxième manière était celle de Marie et Jean : ils se tenaient au pied de la croix non seulement avec leur corps, mais aussi avec tout leur coeur. Ils s’unissaient à l’offrande de Jésus et ils en accueillaient les fruits. Puissions nous vivre la messe comme Marie et Jean !

Signe de notre foi trinitaire  : « Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit » Ces paroles qui accompagnent notre signe de croix disent que tout ce que nous allons dire, vivre, célébrer se fera au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. La messe commence donc avec une première profession de foi dans le mystère de notre Dieu Trinité. Les chrétiens y adhèrent entièrement par le « Amen » qu’ils prononcent. Ce n’est pas rien de rappeler au début de la messe que notre Dieu est Trinité : c’est le coeur de la foi chrétienne. Maurice Zundel allait jusqu’à dire que la Trinité nous délivre d’un épouvantable cauchemar, celui d’un Dieu qui serait solitaire, un Dieu pharaonique qui ne pourrait passer son éternité qu’à se contempler lui-même et à exiger de ses créatures qu’elles aussi le louent et l’admirent. Deux êtres qui commenceraient à s’aimer seraient comme en porte-àfaux d’un tel Dieu. « Et voici que, pour faire surgir en nous une liberté totale à l’égard de cet égoïsme, le Christ nous révèle la Trinité divine. Le grand joyau de l’Évangile ! Le grand secret d’amour ! La découverte la plus merveilleuse ! ». La Trinité nous apprend que notre Dieu est famille et communion. Que Dieu n’est pas tourné vers luimême, mais vers l’Autre. Dès lors, deux êtres qui commencent à s’aimer deviennent au contraire image de ce Dieu Trinité qui est Tout-Amour. « C’est parce que l’amour déborde en Dieu qu’il suscite ces créatures qu’il veut que nous soyons. C’est parce que l’amour déborde en Dieu qu’il nous fait naître à l’existence... Il veut que nous soyons comme lui une pure respiration d’amour. »

La messe, action de la Trinité  : La messe est bien ce débordement d’amour, ce don total du Dieu Trinité. Le Père nous offre son Fils. Le Fils s’offre entièrement. L’Esprit Saint, unité du Père et du Fils, dans laquelle s’accomplit notre offrande, nous prépare à la rencontre avec le Christ et nous donne de nous offrir avec lui. Ces premières paroles de la liturgie nous rappellent également le jour où nous avons été baptisés « au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ». L’eucharistie est "nourriture" de notre baptême, "combustible" de notre vie chrétienne, en nous faisant entrer toujours plus profondément dans l’amour trinitaire dans lequel nous avons été immergés à notre baptême. En communiant au Corps du Christ, nous devenons toujours plus fils ou fille du Père, car Jésus, le Fils bien aimé, vient vivre en nous, nous conduit vers le Père et répand en nous l’Esprit filial.

| Nous contacter | Mentions légales | Plan du site |  Eglise catholique en Ardèche | Suivre la vie du site RSS 2.0